Y a-t’il un gyro dans le giro ?

Billet N° 127

C’est bien connu : Le gros souci de l’autogire est la stabilité en roulis et il n’est pas rare que le premier vol d’un prototype se termine mal avec salade de pales à la clef ; surtout lorsqu’on pilote cette sorte d’engin pour la première fois.

Une solution simple existe avec l’emploi d’un gyromètre plus communément dénommé « Gyro ». D’après les contacts que j’ai eus avec de nombreux modélistes pratiquant cette discipline, beaucoup se sentent « déshonorés » d’utiliser un tel système et préfèrent prendre le risque de piloter en direct ; pourtant il y a belle lurette que les pilotes d’ hélicoptères ne se privent plus du confort apporté par cet accessoire et ne parlons pas des quadricoptères qui sont intégralement stabilisés.

Ce modèle de 200 grammes créé en 2001 était déjà équipé d'un gyro.

Ce modèle de 200 grammes créé en 2001 était déjà équipé d’un gyro.

Détail de l'implantation et de la commande de roulis.

Détail de l’implantation et du servo de roulis.

1° cas : Le servo de roulis attaque directement le rotor ;  la commande de tangage étant inexistante ou assurée par le volet de profondeur ou encore par un servo séparé. Rien de plus simple, il suffit d’intercaler le Gyro entre le récepteur ( sortie ailerons ) et le servo de roulis, l’axe de référence étant parallèle à l’axe du fuselage.

Sur ce "Rainbow", le gyro est intercalé entre le récepteur et le servo de roulis

Sur ce « Rainbow », le gyro est intercalé entre le récepteur et le servo de roulis, la commande de tangage s’effectue avec le volet de profondeur.

Dans cette configuration, les commandes de roulis et de tangage sont indépendantes ; un gyro pourrait être utilisé sans modification.

Dans cette configuration, les commandes de roulis et de tangage sont indépendantes ; un gyro pourrait être utilisé sans modification.

2° cas : Si le rotor est en commande intégrale avec mixage de type ‘Delta » à l’émetteur, il sera nécessaire de supprimer ce dernier et de le remplacer par un « V Mix » embarqué, le Gyro sera intercalé entre la sortie « ailerons » du récepteur et l’entrée « ailerons » du « V Mix ».

Exemple d'installation pour un rotor à commande directe.

Exemple d’installation pour un rotor à commande directe.

Réglages : Si la correction est inversée, il suffit de retourner le gyro de 180°, les premiers vols seront effectués avec le gain maximum et ce dernier pourra être diminué au fur et à mesure de la mise au point du modèle ; voire purement et simplement supprimé par la suite si tout se passe bien.

Advertisements
Cet article a été publié dans GYROTECHNIQUE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s