Pascal Travaille toujours bien…

Billet N° 160

Pascal vient de terminer et de tester son dernier autogire.
Il s’agit d’un grand modèle inspiré du film « Mad Max » dont le pilote a été sculpté par ses soins.

IMG_20170129_103639

Caractéristiques :

  • Diamètre rotor : 1820 mm.
  • Masse : 5000 Grammes.
  • Charge rotorique : 19 g/dm2
  • Moteur « Scorpio ».
  • Hélice 18″ x 8″propulsive en bois.
  • Batterie 6 x S de 5000 mAH.

 

Publié dans GYRONOUVELLES, Non classé | Laisser un commentaire

Trigo-Togire 2-2

Billet N° 159

Utilisation de la table des tangentes pour le calage des pales.

Si nous prenons l’exemple concret de l’autogire AUTO-G2 :trigo-calage-pale-xga

Sinus   =  ( 3 – 2,1 ) / 14 = 0,9 / 14 = 0,064
Soit :       3°40′  en utilisant la tables des tangentes ci-dessous

tangente-xgarec90ret-rond-rouge

Remarque importante :

L’angle piqueur de 3°40′ représente la différence entre l’intrados (plat dans l’exemple ci-dessus) et le plan rotor, qu’il ne faut pas confondre avec la ligne de référence (en bleu sur la figure ci-dessous).
trigo-calage-pale-axe-de-reference-xga

Une autre ligne importante est la ligne de portance nulle (en vert sur la figure ci-dessous) : Si les filets d’air sont parallèles à cette ligne, la portance est nulle…trigo-calage-pale-methode-de-munck-xga

On s’aperçoit que l’angle piqueur n’est plus aussi important que l’angle  !

Exemple pratique de l’Auto G2 :

La corde de la pale est de 45 mm et l’épaisseur maximum est de 6,5 mm.
Le profil étant inconnu, on emploie le méthode de Münck pour calculer l’angle entre la ligne de portance nulle et l’intrados plat.

Méthode de Münck : La ligne de portance nulle passe par le bord de fuite et le centre d’une ligne perpendiculaire à la ligne de référence située à 40% de la corde.

Distance entre le bord de fuite et la perpendiculaire :
D = Corde x (100% – 40%) = 45 x 60 / 100 = 27 mm
Epaisseur =  E = 6,5 mm
E/2 = 3,25 mm
Angle entre la ligne de portance nulle et l’intrados :  Âpn
Tangente Âpn = 3.25 / D = 3,25 / 27 = 0,12
soit : Âpn = 6°50′
Dans le cas de l’auto-G2, la ligne de portance nulle fait un angle positif de :
6°50′ – 3°40′ = 3°10′ par rapport au plan rotor.

Attention ! Les croquis sont des schémas de principe, ils ne sont pas à l’échelle et ne correspondent pas aux pales de l’Auto-G2.

Publié dans GYROTECHNIQUE | Laisser un commentaire

Trigo-Togire 1-2

Billet N° 158

Utilisation de la table des sinus pour le calage du plan rotor :

La trigonométrie, cauchemar des potaches est pourtant bien utile pour résoudre simplement le calcul des angles de toutes sortes.
Exemple : Vérification des angles de calage et de débattement sur l’autogire AC10.
(Voir billet N° 145).
https://jeancousin4923.wordpress.com/2014/11/20/le-kit-ac10-est-disponible/

Pas de doute : Les pieds de pales sont bien rigides ! Bizarre…

img_2902-hr

Cette méthode est applicable uniquement dans le cas d’un rotor rigide, c’est à dire sans articulation de battement comme c’est le cas de l’AC10. Dans le cas contraire, il suffira de remplacer la tête de rotor par une règle ou une latte par exemple fixée perpendiculairement à l’axe du rotor.

dscn0824-vgarecret

La notice donne un angle positif de 14,5° du plan rotor :

trigo-ac10-xga90ret

Calcul du calage plan rotor AC10 :

H = H2 – H1

Sinus  = H / R            (Voir table des sinus ci-dessous)

Soit : H = Sinus  x R

Dans le cas du modèle AC10 :

R = 1320 / 2 = 660 mm

Sinus 14,5° = Sinus 14°30′ = 0.25038

H = 0.25038 x 660 = 165 mm


sinus-xga2rec2retcont-rond-rouge

Evidemment, la méthode est également valable pour le calcul des débattements droite/gauche, piquer/cabrer ou pour vérification sur un modèle existant.

Publié dans GYROTECHNIQUE, Non classé | Laisser un commentaire

JOJO Dreams 4-4

Billet N° 157

Quatrième partie : Projets humoristiques et bizarroïdes, quoique…

Afin de terminer cette saga sur une note gaie, voici encore quelques images dues à l’imagination de Georges CHAULET :

Voici mon préféré ; l’autogire « canard ».
Tout est bon : L’esthétique, l’aérodynamique, moteur propulsif, répartition des surfaces verticales, train tricycle.
Un modèle réduit à propulsion élastique a validé le concept.

JJD 02 xga

N°224 2011 vga

 

Un projet bizarre, mais expérimenté en maquette :

JJD 05 xgaret

N°099 MK2 vga

 

 

 

 

 

 

Très drôle : La « Trotinettautogire ». Attention aux courants d’air !

JJD 00 xgaret

 

Revenons aux choses sérieuses avec ce combiné autogire/hélicoptère.

Le rotor à jet d’air est lancé par un premier moteur/compresseur qui lui est solidaire, il peut servir de prélanceur ou de mode hélicoptère. Après le décollage, le deuxième moteur assure la translation et l’appareil fonctionne alors en mode autogire.

A une époque pas si lointaine, les premiers hélicoptères réduits radiocommandés fonctionnaient sur le principe du couple de renversement d’une hélice vers le rotor (DUBRO par exemple) .

Georges CHAULET avait expérimenté quelques modèles sur ce principe, mais il était convaincu qu’une turbine axiale/radiale avec éjection en bout de pales était plus performante.
La transposition au modèles réduits étant très délicate ; il s’orienta vers les autogires, jugés plus simples à l’époque… Toute une histoire sur plus de quarante ans !

FIN

JJD 15 xgaret

Dessins et photos de Georges CHAULET

Publié dans Non classé | 1 commentaire

JOJO Dreams 3-4

Billet N° 156

Troisième partie : Atterrisseurs :

Georges CHAULET ne s’est contenté d’expérimenter les trains classiques à roues ; voici d’autres projets parfois finalisés en modèles réduits…

On commence par le plus basique : Les jambes! Evidemment, non expérimenté  !

JJD 14 xgaret

 

Les skis :

JJD 13 xgaret

Tripale Cox vga

 

Les flotteurs :

JJD 09 xgaret

Hydrogyre 2002 598x532

 

Et évidemment , train classique ; ici dans une configuration originale à poutre surélevée.

JJD 10 xgaret

 

Et tricycle avec un fuselage en structure échelle :

JJD 08 xgaret

N°142 Spiral 1998 nb

Ci-dessus, une synthèse des deux précédentes configurations réunies sur un des premiers autogires électriques en 1998 ! Jojo a toujours été un précurseur…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ce mois-ci dans « Hélico Revue »

Billet N° 155

Dans le N° 122 de Mars-Avril 2016 de la revue Suisse ; ne ratez pas l’article relatif au « CLINOGYRE« . Cet appareil original, né de la transformation d’un Caudron C-196 par les ingénieurs Odier & Bessière mériterait bien une adaptation maquette !

 

cover-122-f vgarec

 

Clinogyre Triptyque jpg depollue 5 imma TitreJPG

Publié dans GYROPRESSE | Laisser un commentaire

Escadrille infernale

Billet N° 154

Toujours à la recherche d’originalité, notre ami Pascal nous concocte actuellement un modèle inspiré du célèbre dessin animé « L’escadrille infernale ».

Voici le modèle encours de construction avec Satanas et Diabolo à son bord !

 

Pascal Satanas 2 xgarecret

  • Caractéristiques :

Masse comprise entre 5950 et 6100 Grammes.
Diamètre du rotor : 1840 mm.
Surface balayée : 266 dm²
Longueur : 1660 mm.
Moteur Zénoha essence deux temps, 22 cm3.
Prélanceur de rotor électrique.
Contrôle direct du rotor.

  • Calcul théorique du rotor en trois et quatre pales :

Charge rotorique de l’autogire en tripale :

5500 + ( 150 x 3 ) = 5950 Grammes
Rotor diamètre 920 x 2 = 1840 mm
Rayon = 920 mm = 9,2 dm
Surface = 3,14 x 9,2 x 9,2 = 266 dm²
Charge rotorique : 5950 / 266 = 22,4 grammes/dm²
NOTA : Solution jouable vu la taille du modèle, modèle assez rapide.

Charge rotorique de l’autogire en quatre pales :

5500 + ( 150 x 4 ) = 6100 Grammes
Rotor diamètre 920 x 2 = 1840 mm
Rayon = 920 mm = 9,2 dm
Surface = 3,14 x 9,2 x 9,2 = 266 dm²
Surface corrigée = 266 / 0,8 = 332 dm²
Charge rotorique : 6100 / 332 = 18,4 grammes/dm²
NOTA : Vol plus lent et nécessite d’avancer le centrage par rapport au tripale.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire